Dancer

Dirty Dancers

Pourquoi, à la Saint-Sylvestre, danse-t-on davantage la Macarena de Mia Frye que Trio A de Yvonne Rainer ?
Anna Chirescu, danseuse, Grégoire Schaller, plasticien et Florian Pautasso, comédien, évoluent dans un sous-sol qui semble avoir été réaménagé en salle de sport par des passionnés de gymnastique. Au centre, un tatami circonscrit leur espace de représentation, dévolu, littéralement, à la performance. Mais quel mouvement jugerait-on virtuose dans un gymnase qui ne semble dédié à aucune discipline particulière ? Sous la forme d’une séance d’entraînement, la pièce questionne le rapport de ces trois dirty dancers à la perfection, au spectaculaire, au risque et aux icônes. Deux figures polarisent cette recherche. Trio A (1966), de Yvonne Rainer, manifeste de la postmodern dance, où l’incarnation du geste quotidien devient danse, une ode à la non-représentation. À l’opposé, l’exploit de Nadia Comaneci aux Jeux Olympiques de Montréal, en 1976, auxquels les juges, pour la première fois dans l’histoire des Jeux, attribuent la note parfaite de 10.

Conception : Anna Chirescu et Grégoire Schaller
Interprétation : Anna Chirescu, Grégoire Schaller et Florian Pautasso
Conception visuelle : Grégoire Schaller
Collaboration artistique : Florian Pautasso
Musique : Simon Déliot
Lumière : Florian Leduc
Regard extérieur : François Maurisse
Transmission de Trio A : Manou Phuon

Production : Anna & Grégoire
Coproduction : La ménagerie de verre, Paris

La compagnie reçoit le soutien de la Ville de Paris dans le cadre de l’aide à la résidence artistique et culturelle.
Avec les soutiens du CND Centre national de la danse, accueil en résidence, de la ménagerie de verre dans le cadre du dispositif Studiolab et du CNDC Angers, accueil studio.

Captation vidéo sur demande 

Crédits photo : © Vinciane Lebrun/Voyez-Vous